Congrès de l’EAP : « Initiating Practice Related Research »

Vienne, 23 février 2020

Peter Schulthess

https://doi.org/10.30820/2504-5119-2020-1-55

Suite aux réunions de l’EAP à Vienne, le Science and Research Committee (SARC) a organisé un congrès sur le sujet « Initiating Practice Related Research ». Comme le révèle le titre, il avait pour but de lancer de nouveaux projets sous une forme adaptée à la pratique. Les organisateurs ont invité deux experts avérés en tant qu’intervenants.

Mattias Desmet est professeur à la Ghent University (Université de Gand) en Belgique et défend l’idée d’un paradigme de recherche alternatif (également au sein de la Society for Psychotherapy Research – SPR). Il critique la prédominance des RCT, ainsi que le manque de considération accordée aux études de cas individuels. Il a créé une archive pour études de cas individuels, dans laquelle tous les auteurs peuvent saisir les études qu’ils ont publiées. Elle contient jusqu’ici 3.100 études. Celles-ci formeront une base d’autant plus précieuse pour des évaluations statistiques au sens du Single Case Experimental Design (SCED) qu’elles seront nombreuses.

Günter Schiepek (Allemagne et Autriche) s’intéresse à la synergétique et à la dynamique de systèmes non-linéaires dans la psychologie, la neuroscience et le management. Il s’est spécialisé dans les études d’outcome de processus en psychothérapie tenant également compte de facteurs quotidiens. Il critique également la prédominance du paradigme RCT et préfère la recherche de cas individuels assistée par ordinateur, qui peut être mise en réseau. Il a à cet effet développé une application, dans laquelle les patients peuvent saisir quotidiennement la manière dont ils se sentent. Il trouve ainsi des dynamiques de processus de changements qui sont bien plus différenciées que ce que l’on mesure seulement à certains intervalles, ce qui se produit dans le processus psychothérapeutique. Il a montré, en se fondant sur des évolutions de cas individuels, à quel point des résultats de processus complètement divergents sont apparus selon les intervalles dans lesquelles on a effectué les mesures.

Le Prof. Mattias Desmet pendant sa présentation

À la fin des deux interventions, des discussions ont été abordées au sein de petits groupes, et des questions ont été posées aux intervenants. La deuxième partie de l’échange a été meublée d’une vive discussion avec les deux intervenants, animée par le président du SARC. Le congrès a été une très grande source d’inspiration et a encouragé les 60 participants présents venus de différents pays et institutions thérapeutiques à participer à la recherche proche de la pratique.

Cette conférence a eu beaucoup de résultats concrets :

  • Un groupe de projet, dans lequel les deux intervenants, des membres du SARC ainsi que certains participants au congrès seront représentés, va être constitué en vue d’élaborer un document destiné à formuler une compréhension fondamentale de la recherche en psychothérapie liée à la pratique, d’envoyer ce dernier à tous les participants dans le cadre d’un processus de consultation, et de l’envoyer une fois corrigé pour présentation au General Board de l’EAP en tant que document de synthèse.
  • Afin que des présentations de cas individuels, qui n’avaient pas été publiées dans des journaux, puissent être saisies dans l’archive Single Case, on a besoin d’une norme commune resp. d’une classification systématique et d’une qualité commune sur la manière dont celles-ci doivent être saisies qui laisse encore une marge de manœuvre pour des variantes spécifiques à des écoles. Un groupe de travail sera constitué pour élaborer de tels critères. Ceci doit être à nouveau débattu avec tous les participants au congrès. L’objectif est aussi de pouvoir augmenter les chances que les présentations de cas individuels soient publiées dans des journaux et de disposer de critères valables pour adopter également des études non publiées dans l’archive. Cela exigerait la mise en place d’un système de peer review pour l’archive, qui remplacerait celui des journaux.

    Séance plénière des participants

  • L’EAP va proposer avec Günter Schiepek un cours en trois parties destiné à former au maniement de son application de façon à ce que tous les praticiens psychothérapeutes souhaitant l’appliquer puissent se rattacher au réseau d’évaluation existant avec leurs propres processus thérapeutiques.
  • Il faudra élaborer en commun la manière dont un projet de recherche européen plurinational et pluridisciplinaire pourra être réalisé avec ces études de cas individuels au sens du SCED. Les deux intervenants sont prêts à y participer et également à mettre à disposition leurs possibilités universitaires au niveau de la collecte de moyens financiers.

    Prof. Günter Schiepek pendant sa présentation

Les organisateurs ont reçu par la suite des réactions positives à la fois des participants et des intervenants sur ce congrès fructueux, et souhaiteraient mettre bientôt les prochaines étapes en œuvre.

Les psychothérapeutes venus de Suisse qui ne participent pas au congrès mais se sentent concernés peuvent également participer au cours du Prof. Schiepek (et bien entendu aussi, espérons-le, au nouveau projet de recherche commun qui résultera de tout cela). Le projet de recherche en cours du Prof. Schiepek concerne toutes les écoles.

Peter Schulthess est membre du comité de l’ASP et représente l’association avec Grabriela Rüttimann dans l’EAP. Il est président du SARC dans le cadre du EAP.

Refbacks

  • Im Moment gibt es keine Refbacks